Philippe BEAULIEU, Violon & Direction musicale

La musique fait partie de la famille depuis plusieurs générations…Mon grand père jouait du violon, mon grand oncle chantait, mais c’est à mon père, 1er prix de conservatoire de trompette et qui dirigeait une école de musique municipale que je dois l’essentiel de ma formation musicale. Dès mon plus jeune âge, j’ai baigné dans l’écoute de musique classique et j’ai été gavé de solfège et d’études de piano.

Mais c’est à l’adolescence que tout a basculé lorsque j’ai découvert le violon à travers la musique celtique qui fût un énorme coup de foudre et une passion avec la révélation de cet instrument ; le violon irlandais devint alors mon modèle musical, ce qui me valu de me faire renvoyer du conservatoire pour rébélion vis à vis de l’enseignement de « La » musique académique, seule reconnue en cette institution d’une autre époque, heureusement révolue.

J’ai ressorti le violon du grenier et appris à en jouer en autodidacte, puis créé un « progressive folk band » dans le sillage d’Alan Stivell et de Malicorne dans lequel je m’étais pleinement investi à travers une épopée de concerts et de festivals où nous nous produisions en parcourant les routes avec notre vieux J7…Côté répertoire, de la musique traditionnelle aux danceries renaissance, il n’y eut qu’un pas à franchir, ce qui m’amena progressivement à envisager la musique ancienne, puis le répertoire baroque avec une oreille violonistique mais avec des lacunes techniques que j’entrepris alors de combler.

Au début des années 80, la redécouverte du baroque me frappa d’un second coup de foudre musical, fasciné par la manière des premiers baroqueux d’interpréter ce répertoire en faisant radicalement sonner leurs instruments autrement et cette démarche devint mon objectif en matière de violon. J’ai alors tout remis à plat et réappris les bases du violon dans cet esprit avec Régine Sabbah, un professeur formidable et auteur d’une méthode d’apprentissage selon les principes de l’école Martenot; puis, j’ai complété ma formation avec Danuta Glowacka-Pitet et Karine Dechoux-Hayot en reprenant le chemin du conservatoire à Massy en même temps que mes enfants; j’y ai découvert la pratique orchestrale avec Martin Barral et la musique de chambre avec Ghislaine Rouits, et nourri mon désir de créer un ensemble de musique baroque.

J’ai d’abord eu le rare privilège de pouvoir commencer à concrétiser ce projet avec mes enfants, à travers nos petits concerts improvisés à la maison, avant que le cercle familial ne s’élargisse avec quelques acolytes du conservatoire avec qui nous avons constitué l’Ensemble de musique baroque de Massy qui est devenu le noyau de La Baroquerie du Val de Bièvre.

Je me consacre depuis au jeu du violon baroque que j’ai travaillé avec Marion Korkmaz, ancienne élève de Patrick Cohën-Akenine.

Arthur BEAULIEU, Violon

C’est mon père qui dès l’enfance m’a transmis le virus de la musique. Je me suis inscrit au conservatoire de Massy pour suivre des cours de violon avec Danuta Glowacka-Pitet, puis Karine Hayot-Dechoux. Durant des années j’y ai découvert le répertoire du violon, balayant un peu toute les époques de la renaissance au contemporain.

Cependant c’est surtout la richesse du répertoire Baroque qui m’interesse. C’est une musique à l’expressivité accrue, qui donne à l’interprète une grande liberté notamment sur l’ornementation. C’est en 2006, lors de la création de la Baroquerie du Val de Bièvre que je quitte l’orchestre du conservatoire, afin de me consacrer uniquement à ce genre de musique. C’est depuis un plaisir de retrouver hebdomadairement mes amis musiciens pour monter des programmes toujours aussi intéressants.

Mais ma passion pour la musique ne s’est pas pour autant cantonnée au violon. J’ai obtenu mon DFE de solfège à Massy. J’ai également suivi pendant quelques années des cours de clavecin dispensés par Agnès Abergel. Enfin étant un grand fan de métal, j’ai appris en autodidacte la guitare classique et électrique, et joué pendant 2 ans dans un groupe de métal « The Coun Project ».

« La musique est une révélation plus haute que toute sagesse et toute philosophie » Ludwig Van Beethoven.

Guillaume BEAULIEU, Flûtes à bec, Théorbe, Clavecin

Guillaume débute la flûte à bec à l’âge de 10 ans à l’école de musique de Massy dans la classe de Maud Caille-Armengaud. Après l’obtention de son prix de flûte en 2009 dans la classe de Jean-Pierre Nicolas au CRD de la Vallée de Chevreuse, et de son DEM complet en 2010 avec le prix de musique de chambre.

Son goût pour la musique ancienne le pousse à s’intéresser à d’autres instruments, notamment polyphoniques ; il complète ainsi sa formation en étudiant le clavecin au CRD d’Orsay avec Michèle Dévérité, ainsi que le théorbe au CNR de Versailles, avant d’intégrer la classe de Pierre Hamon au CNSMD de Lyon où il obtient un master de musique ancienne.

Il a été sélectionné pour participer à la session 2010 de l’Orchestre Français des Jeunes Baroque, avec lequel il s’est produit sous la direction de Paul Agnew à l’Opéra Comique et au Grand théâtre d’Aix-en-Provence.

Il se produit régulièrement avec différents ensembles, avec la maîtrise du Centre de Musique Baroque de Versailles sous la direction d’Olivier Schneebeli ou de Patrick Cohen-Akenine, et au sein du Consort Brouillamini.

Il enseigne actuellement la flûte à bec à l’école des arts de Marcoussis et au conservatoire de Chevilly-Larue.

Pierre BERGDOLT, Violoncelle

A l’âge de 30 ans, après plusieurs expériences musicales (flûte à bec, flûte traversière) j’ai commencé le violoncelle, cet instrument me tentait depuis un petit moment, tant par la beauté de l’objet que par l’étendue des registres sonores qu’il pouvait adresser. Pendant presque dix années j’ai travaillé et progressé, puis j’ai été obligé de faire une pause dans la pratique à cause d’une activité professionnelle trop prenante.

Cette pause a duré une douzaine d’années ! En 2013, changement de boulot, et reprise du violoncelle dans la foulée ! Depuis, élève au conservatoire de Massy, je participe à l’orchestre à cordes, et à différents projets de musique de chambre dans tous les styles (classique, jazz, contemporain). Recruté récemment au sein de la Baroquerie, j’ai pris la suite de Sabine au pupitre de violoncelle. J’aime bien la philosophie de cet ensemble « faire les choses sérieusement sans se prendre trop au sérieux » !

La ligne de basse dans la musique baroque n’est pas toujours la plus fournie, mais Philippe sait choisir des morceaux qui mettent tous les pupitres en valeur. J’ai la chance de jouer sur un violoncelle ancien – mais pas baroque ! – que m’avait trouvé mon ancien professeur, j’ai souvent une pensée pour lui lorsque je joue.

Jawad DAHEUR, Alto
 
Formé à l’alto au Conservatoire de Massy, dans la classe de Ghislaine Rouits, j’ai très tôt été séduit par la beauté simple et profonde du répertoire baroque. Travailler à 12 ou 13 ans un concerto de Telemann pour quatre violions, retranscrit à l’alto, cela avait été – je m’en souviens encore ! – une véritable révélation.
 
Au plaisir d’apprendre en jouant s’ajouta vite une envie d’écouter toujours plus, d’abord afin de se familiariser avec les grands canons du répertoire, ensuite pour découvrir et apprécier des choses moins connues. Entre les achats de CD et les rayonnages de la Bibliothèque Municipale de Massy – très bien achalandés et constamment renouvelés – les  occasions d’étoffer ses connaissances sur les musiques ancienne et baroque ne manquaient pas.
 
Quelques années plus tard, quand Philippe lança l’idée d’un ensemble, autour d’un noyau issu du Conservatoire de Massy, ce fut une évidence : je ne pouvais qu’en être…! D’autant que nous fûmes bientôt rejoints par ma sœur Ghizlène, également à l’alto.
 
Bien plus tard, c’est mon épouse Barbara, qui s’était mise au violoncelle, qui intégra l’ensemble. Jouer avec les personnes qui nous sont proches, en famille et entre amis : c’est sans doute là la clef du plaisir en musique !
 
 

Barbara DAHEUR-SWIDERSKA, Violoncelle

J’ai depuis toujours adoré la musique, mais n’ai pas eu, enfant, l’occasion d’apprendre à jouer d’un instrument. C’est surtout au travers de la danse – d’abord les danses traditionnelles puis les danses plus contemporaines et mêmes latines – que j’ai commencé à apprécier la musique et essayé de développer un sens du rythme.

Quelques années plus tard je rencontrai Jawad, membre de la Baroquerie depuis longtemps déjà. C’est lui qui m’a fait découvrir la musique baroque et m’a incité à jouer d’un instrument. Ce n’est pas vers l’alto, comme lui, mais vers le violoncelle, que je me tournai alors.

J’ai commencé à apprendre en 2013 dans mon pays d’origine, la Pologne, en suivant les cours de Katarzyna Bochenek-Meisner à Varsovie. Après notre déménagement en France en 2016, j’ai continué la pratique du violoncelle en entrant dans la Baroquerie. Encore récente pour moi, cette pratique de la musique collective est une incitation à travailler de nouvelles choses et à améliorer ma technique ! C’est aussi un plaisir de jouer les œuvres de grands compositeurs du baroque européen sans oublier des Polonais comme Grzegorz Gerwazy Gorczycki, que la Baroquerie a fait connaître au public français à l’occasion de plusieurs concerts.

Isabelle NODIN, Violon, Flûte à bec

Mes deux grands-pères étaient musiciens l’un violoniste et l’autre accordéoniste, ils animaient tous les deux des bals.
J’ai commencé la musique par hasard, un de mes frère (j’en ai quatre !) souhaitait faire de la musique, et comme j’étais l’ainée, à l’âge de 12 ans, mes parents m’ont inscrite au conservatoire de Palaiseau dans la classe de flute à bec. Résultat, mon frère n’a pas attrapé le virus de la musique mais moi si.

J’ai pratiqué la flute à bec pendant 7 ans, mais il y avait chez nous un instrument qui dormait depuis des années : le violon de mon grand-père maternel, il me fascinait mais me faisait peur aussi car il a la mauvaise réputation d’être un instrument difficile. Mais je me suis lancée à l’âge de 19 ans au conservatoire de Villebon sur Yvette. J’ai fait partie de la classe de musique du monde au conservatoire qui m’a fait voyager musicalement parlant : musique d’Amérique latine, russe, espagnole….

Là, j’ai rencontré un guitariste, une flutiste et une percussionniste avec qui pendant 5 ans nous avons joué de la musique traditionnelle Irlandaise dans un groupe surnommé les Irish Ben (ça ne s’invente pas !). Puis la vie (travail, mariage, enfants, dans cet ordre !) a fait que j’ai arrêté la musique pendant des années.

Un jour, par hasard là aussi, j’ai rencontré mon voisin, Philippe, qui m’a parlé de son ensemble, la Baroquerie du Val de Bièvre ; ils cherchaient un quatrième violon, c’est comme cela que fin 2013, je les ai rejoints, et je ne le regrette pas car ce répertoire repousse mes limites et c’est un vrai plaisir de jouer avec eux.

Les anciens de la BVB
Découvrir notre ensemble

Un très grand merci les amis ! Nous avons partagé de formidables moments ensemble, c’est grâce à vous si la BVB existe et que l’aventure continue

Claire ORDONAUX

Yasmine POIRIER

Hanna WOLF

Julien FAURE

Charlotte CUCHE

Ghizlène DAHEUR

Sabine POIRIER